Un an à étudier à Québec: Le choc culturel sur tous les plans

Un an à étudier à Québec: Le choc culturel sur tous les plans

12/09/17

Cette année je pars étudier pendant un an l’informatique à l’Université Laval à Québec. Pour ceux qui ne le savent pas je suis étudiant à Epitech Lyon (j’aurai un long article sur le sujet à la fin de mes études), et dans mon cursus je dois faire la 4e année à l’étranger dans l’un des nombreux programmes partenaires d’Epitech. Mon choix s’est porté sur l’Université Laval, et me voici donc à écrire cet article après ma première semaine de cours!

Les 3 Brasseurs pas loin de la maison Petite bière accompagnée d’une Flamekueche poutine aux 3 brasseurs

Laval parmi tant d’autres

Tout d’abord j’aimerais expliquer pourquoi mon choix s’est porté sur cette école. Si ça ne vous intéresse pas vous pouvez sauter directement au prochain sous-titre je ne m’en offusquerai pas! ;)

Partons du départ. Mes études à Epitech visent à faire de moi un expert en développement de façon générale, mais aussi en gestion de projet, et enfin doit me permettre d’avoir les réflexes et l’entrainement nécessaire à l’acquisition rapide de nouvelles connaissances ainsi qu’à l’adaptation. Pour donner un exemple: Si je dois travailler dans un nouvel environnement de travail avec d’autres outils et un autre langage, en deux semaines je dois être capable de m’adapter et de pouvoir être productif (c’est un temps arbitraire, mais c’est pour l’exemple).

Maintenant, si je veux me spécialiser ou m’orienter dans un domaine un peu orthogonal au métier de développeur, je dois trouver d’autres moyens d’avoir les connaissances que je veux. Cette année dans une autre Université est une très bonne opportunité de faire cela, car les cours donnés sont complétement différent de ce que je pourrais avoir à Epitech, c’est l’intérêt même de cette année: élargir sa palette de connaissances en allant dans un autre pays, avec un autre fonctionnement, et une autre éducation.

Quand on me demande ce que je veux faire en tant “qu’informaticien” je réponds souvent: ‘Bah euh… je sais pas vraiment’. C’est toujours vrai aujourd’hui, mais j’ai tout de même des domaines qui m’intéressent plus que d’autres.

  • Le premier qui me vient à l’esprit c’est l’UX Design: J’adore faire des maquettes, des tests utilisateurs, rendre un croquis plus visuel ou interactif. J’aimerais en faire mon métier, au moins à mi-temps ou alors en freelance.
  • Développeur Web: Je suis passionné depuis plusieurs années par le Web. Que ce soit pour développer ou bidouiller, jouer, discuter, ou apprendre, je suis constamment connecté à quelque chose. J’aimerais aussi en faire mon métier, donc soit avec un autre travail à mi-temps ou en freelance, si faire ça conjointement avec le métier d’UX Designer en faisant du front-end.
  • Développeur de jeux vidéo: Les jeux vidéos c’est ma vie! Je joue depuis que j’ai la capacité de taper sur un clavier. J’ai déjà eu l’occasion de développer quelques jeux comme TuxleTriad. Je ne pense pas que j’en ferais mon métier, mais c’est un super hobby en plus d’être enrichissant!

À l’inscription à l’Université, j’ai choisi, entre autres, un cours de développement Web, d’Interaction Personne Machine, et de Programmation de jeux-vidéos. Le tout juste sur la première session de 4 mois. Ces cours me permettront de pratiquer sur des domaines qui me tiennent à cœur.

Il y a aussi une autre raison qui fait que j’ai choisi Laval: Le Québec. C’est une région qui me fait rêver depuis longtemps pour beaucoup d’aspects (et pas seulement à cause des 2 Minutes du Peuple promis!). Mais j’en parle un peu plus loin dans l’article.

Le voyage

Je suis donc parti il y a environ 1 mois avec ma copine, nous avons fait Lyon — Montréal en environ 15 heures. Nous avions plusieurs contraintes: nous avions un chat avec des soucis de santé à emmener, et nous avions essayé de prendre les places les moins chères possible, quitte à devoir faire de longs trajets. Il s’est avéré que nous ne pouvions pas prendre le chat en fin de compte, et après coup ce n’était pas plus mal qu’on parte sans pour le moment car au niveau des démarches à faire c’est un calvaire d’emmener un chat (Acheter les billets pour chaque compagnie, vérifier qu’on peut l’emmener en cabine, vérifier le poids avec la caisse, le faire pucer, etc.)

Nous nous en sommes sortis pour environ 700€ chacun pour un billet avec deux escales. C’est tout de même assez cher, mais nous nous y sommes pris assez tard donc ça expliquait la différence de prix. Pour ma part c’était la première fois que je prenais l’avion. Et comme j’ai une certaine peur des hauteurs, le premier vol a été un choc pour moi, qui ai passé le gros de l’heure du premier vol accroché à ma copine!

Nous sommes arrivés ensuite à l’aéroport de Francfort. La première chose qui nous a frappé pendant cette escale, c’était le manque de clarté des indications. Pour vous diriger et trouver votre avion, vous avez besoin de son identifiant de Hall et de Porte. Mais chacun est représenté par une lettre, donc lorsque vous voyez un panneau marqué “C” par exemple, il y a aucun moyen de savoir si le panneau parle de Hall ou de porte!

Outre ce problème, l’escale s’est bien passé et nous avons pu prendre notre envol jusqu’à Toronto en 7 heures de trajet! Le trajet a été plus agréable pour ma part, et je n’ai pas tellement senti passer les 7h. (Outre les films en allemand comme l’Age de Glace). Arrivés à Toronto j’ai pu récupérer mon Permis d’études rapidement, et nous avons pu récupérer nos bagages pour ensuite prendre notre dernier vol vers Montréal

De Montréal à Québec, nous avons pris l’Orléans Express qui fais le trajet en 4h. Autant dire qu’après tout ces trajets, nous étions exténués et ne voulions qu’une chose: rentrer et dormir!

L’arrivée et la maison

Le propriétaire de la maison nous a gentiment emmené du centre de Québec vers la maison. Nous avons pu poser nos affaires dans l’une des chambres, en attendant l’arrivée des deux autres colocataires. La maison est immense, enfin, bien plus grande que ce qu’il serait nécessaire pour 3 étudiants et une jeune travailleuse. Mais nous n’avions pas pu résister en voyant l’annonce et le prix.(1800$CAD par mois, donc environ 1200€ divisé par 4 colocataires!)

Premier jour, première surprise. Le propriétaire partait le vendredi en journée pour 1 an en Chine, et d’ici là il finissait des petits travaux dans la maison, et dormait à l’étage dans une chambre à côté de nous. C’était assez dérangeant d’avoir à passer 3 jours avec lui, car nous n’avions pas la sensation d’être chez nous encore tant qu’il était là. Mais bon ce n’était que pour une courte durée donc nous n’avions rien dit.

Une semaine après, nous étions installés correctement tous les 4, avions même commencés à découvrir un peu la ville, et mangé des poutines. Il y a eu d’autres problèmes dans la maison depuis. Des petits incidents comme le fer à repasser qui a grillé, et une barre de salle de bain qui s’est cassé.

Nous avons aussi eu plusieurs problèmes avec le propriétaire, et même encore aujourd’hui. Les contacts que nous avons avec lui se font par mail ou par le biais d’une connaissance à lui qui vient tondre la pelouse de temps en temps. Dès les premiers échanges nous étions agacés par son ton autoritaire et son manque de confiance, en nous pressant quasiment tous les jours de bien penser au loyer.

Il nous était aussi demandé de prendre des photos de la maison pour qu’il puisse poster une nouvelle annonce pour la fin de notre bail. Ce n’était pas à nous de faire son travail, donc nous lui avons clairement dit que nous ne le ferions pas. (sans parler du fait qu’il était très maladroit de sa part de nous parler de sa prochaine annonce alors que nous venions juste de nous installer!)

Nous avons eu aussi un échange de mail assez tendus, car il s’avère que la personne qui vient tondre notre pelouse à un double des clés de la maison et peut donc rentrer quand ça lui plait. Nous avons demandé au propriétaire qu’il nous remette ce double. À ce jour ce problème n’est pas résolu, car nous devons attendre le frère du propriétaire pour en discuter.

EDIT: Maintenant nous n’avons plus de problème à ce niveau, le double des clès nous a été donné.

Mis à part ces problèmes, nous avons un jardin magnifique, avec pleins d’écureuils qui viennent se balader le matin au réveil. Nous sommes aussi très bien placés entre le centre de Québec et l’Université. Il y a même un Curling à côté de chez nous et une taverne médiévale ou nous allons manger tous les samedi!

(Dernière nouvelle: Il manque un joint dans un conduit de la baignoire, ce qui fait que nous avons une fuite qui passe de l’étage au rez-de-chaussée derrière le frigo en abimant tout le mur. Je commence à me demander si nous avons bien fait de prendre cette maison).

La découverte de la ville

Québec Un ancien bureau de poste dans la ville de Québec

Dès les premiers jours nous avons commencé à nous balader dans Québec. C’est une ville vraiment magnifique, et très grande! Elle est découpée en plusieurs parties: La haute ville, la basse ville, le Vieux Québec, les quartiers de son agglomération comme Saint-Sacrement, Sainte-Foy, Saint-Roch, etc.

Pour la première balade nous avions décidé de faire le trajet jusqu’au centre de Québec à pied, ce qui représente une bonne demi-heure de marche. Québec fait partie du patrimoine à l’UNESCO, car c’est la seule ville d’Amérique du Nord à avoir gardé ses fortifications qui datent de plusieurs siècles, mais aussi l’architecture d’avant malgré les reconstructions.

Le vieux Québec est très touristique avec ses animations de rue, ses magasins, ses restaurants très variés, et ses longues avenues et ruelles dans lesquelles ont peut déambuler pendant des heures en découvrant plein de coin sympa et nouveaux.

Nous sommes allés manger dans un endroit de Saint-Roch appelé La Korrigane, une micro-brasserie parmi tant d’autres dans Québec, dont les bières étaient délicieuses et la poutine très bonne. Bon, je vais faire quelque chose de plus simple, voici la liste des endroits ou nous sommes allés ces dernières semaines et que je conseille:

  • La Korrigane dont je parlais juste avant, au moins pour leurs bières dont je suis tombé amoureux!
  • Le ChicShack: La poutine m’a un peu déçu, mais les burgers sont succulents, et il faut y aller pour au moins une chose: Leurs frites de patate douce qui sont une merveille!
  • La Choppe Gobeline: C’est notre lieu de prédilection, nous y allons tous les samedi! Ambiance médiévale, serveurs/euses super sympa et conviviaux, les meilleures poutines que j’ai mangées pour le moment, et vous pouvez faire un brunch à volonté là-bas qui est un vrai régal! Vraiment, allez-y
  • Les 3 Brasseurs: Ils existent aussi en France et à Lyon. Un coin sympa ou aller si vous voulez manger un bout avec une bonne bière. Ils font des Flammekueches-Poutines bien grasse, et donc bien bonne!
  • Le Pub Universitaire: Alors ça peut paraitre bête, mais le Pub Universitaire de Laval est un coin top pour manger et boire! Les bières sont environ à 5$CAD la pinte, et si vous venez en groupe, vous pouvez prendre la Poutine du Pub pour 30 dollars, et qui remplit le ventre de facilement 5 personnes!

Je pense que je peux garder un peu d’encre numérique pour parler des transports en commun à Québec. Le réseau s’appelle RTC pour Réseau de Transports de la Capitale, et existe depuis 50 ans. Il se compose, à ma connaissance, uniquement de bus hybrides (moitié essence, moitié éléctrique). Ce réseau est très bien développé puisqu’on a accès à beaucoup de lignes de bus sur une grande partie du territoire, et sur de grandes plages d’horaires (ma ligne de bus est disponible de 5h jusqu’au 1h du matin). Et en plus ils sont très fréquents!

Le système d’abonnement est par contre un peu moins pratique qu’à Lyon. Déjà chose étrange, on peut acheter les cartes de bus a la Pharmacie! Aussi, de façon générale les tarifs sont un peu plus chers. L’abonnement au mois me coûte environ 40€, et l’abonnement à la semaine n’existe pas. Enfin, pas comme à Lyon, c’est-à-dire que la semaine vaut 5 jours à Québec et pas 7! Et il n’existe pas d’abonnement annuel, du coup tous les mois faut retourner au dépanneur ou a la pharmacie du coin pour refaire l’abonnement.

L’Université

Photo à venir!

La première chose qui m’a choqué sur l’Université, c’est sa taille. Le campus fait 1,9km², une quinzaine de bâtiments de cours, un complexe sportif que je détaille plus loin, une forêt (qui est la plus grande forêt de recherche scientifique au monde) et des centres commerciaux.

Mes cours et la plupart des activités se passent principalement dans les bâtiments Adrien-Pouliot et Alexandre-Vachon, qui sont les pavillons pour la faculté des Sciences et de Génie. J’ai un autre cours qui se passe au FSA (Le cours de Comportement Organisationnel), et trois autres cours qui se font entièrement à distance.

  • Développement d’applications Web: Le cours est super intéressant, même si je connais déjà une grande partie du contenu du cours pour le moment. Le prof est très sympa et on peut facilement interagir avec lui, et il y a une bonne ambiance malgré le fait que ce soit à distance avec Adobe Connect.
  • Compilation et Interprétation: Le cours est très difficile pour le moment, et il faut avoir des bases d’informatique théorique pour pas être trop perdu. C’est le cours qui me demande le plus de travail pour le moment, pour rattraper ce que je ne connais pas forcément. Mais le prof explique très bien et c’est agréable d’avoir un cours avec lui. C’est aussi un cours à distance.
  • Comportement Organisationnel: C’est un cours un peu abstrait pour le moment, mais qui ressemble à de la psychologie mélangée à de la sociologie appliquée au sein d’une entreprise ou d’une organisation. Pour le moment nous n’avons pas eu beaucoup de cours donc je ne sais pas vraiment ce que ça donne.
  • Interface Personne-Machine: Le cours pour lequel je suis le plus enjoué avec le Développement Web. Ce cours n’est qu’une introduction, mais aborde tout ce dont j’aurais besoin comme bases pour me lancer dans l’apprentissage du métier d’UX designer. Le prof est très sympa, la classe nombreuse (174) mais tout le monde se tient correctement donc il n’y a pas de problème. Nous avons aussi la possibilité de travailler sur des projets qui ont un impact véritable.
  • Programmation de jeux vidéo: Encore une fois, le professeur est très sympathique et le cours est très agréable à suivre. On aborde toutes les étapes de création et de production d’un jeu vidéo, et tout au long de la session nous avons un projet de jeu vidéo à développer sous Unity.

La relation entre professeur et étudiant n’est pas du tout la même qu’en France. Il n’y a pas vraiment de barrières, on tutoie le prof ou l’appelle par son prénom, si on a un problème de compréhension on peut aller le voir à la fin du cours et prendre 20 minutes pour ré-expliquer. On peut même trouver certains profs au Pub Universitaire ou ailleurs avec une bière, mais ça je n’ai pas encore expérimenté je reviendrai dessus dans l’année ;)

Le sport

L’Université possède un complexe sportif tenu par une organisation appelée le PEPS. Ce complexe comporte, entre autres: Deux stades de Football/Soccer/Rugby, un terrain de hockey, deux piscines dont une olympique, un terrain de basket/badminton/autre, une salle d’entrainement et de musculation et 5 terrains de Beach Volley.

Malheureusement je n’ai pas trouvé de club de Football US qui accepte les débutants adultes. Je me suis par contre inscrit à la salle d’entrainement avec Valentin, l’un de mes colocataires, pour la modique somme de 63$CAD pour 4 mois (environ 45€). Le tarif comprend notamment le suivi par un entraineur personnel pour des programmes personnalisés, l’accès à la salle quand nous le voulons jusqu’à 23h tous les jours, et le prêt de serviettes et de vestiaires.

Nous allons commencer bientôt notre programme avec l’entraineur, je pense donc que j’en parlerais un peu plus dans quelques mois.

Les assos

L’Université comporte aussi une myriade d’associations, dans presque tous les domaines. Nous nous sommes inscrits à l’association des Seigneurs de Naguère, une association de jeux de rôles, jeux de sociétés, etc. Des gens très sympa en font partie, et nous allons bientôt commencer une petite campagne de Courant Fractal, un jeune jeu de rôle Québecois!

Il existe des assos pour un peu tout. D’ailleurs il y a une association queer, appelé le GGUL dont fait partie l’une des colocataires, et il semble que l’ambiance soit géniale là-bas!

La suite au prochain épisode

Je pense que j’ai fait à peu près le tour de tout ce que j’avais à dire sur ce premier mois. Les Québecois sont bien plus chaleureux que les Français de manière générale. En France lorsque quelqu’un vous aborde dans la rue, que quelque que vous ne connaissez pas vous parle, le premier réflexe est d’être défensif et méfiant. Nous sommes aussi bien plus stressés à cause de la population beaucoup plus dense, et cela se ressent tant au niveau de l’atmosphère générale que sonore, entre les voitures qui klaxonnent pour un rien, les enfants qui pleurent dans le bus qui est rempli et étouffant, les gens qui courent et bousculent dans les métros, etc.

Ici, le relationnel est beaucoup moins nombriliste et plus “humain”, les personnes autour sont considérées comme des êtres humains et non pas comme de potentielles sources de menace ou de dérangement. Et ça se ressent dans la vie de tous les jours, car les gens sont plus souriants et accueillant.

Bon et en attendant le prochain article, vous pouvez cliquer sur l’image qui suit, pour voir toutes les photos que j’ai mis en ligne sur mon compte Flickr.

Quebec